Main menu

Inscription validée

Contact

 

Le guide du tri sélectif : de la préhistoire à aujourd’hui

Mars 2014

Commençons par un petit retour en arrière… même nos ancêtres, les hommes préhistoriques, ont développé une aptitude au tri et à la revalorisation de certains de leurs déchets alimentaires. Ils réutilisaient par exemple l’ivoire et les os dans la fabrication d’aiguilles ou d’armes. Leurs restes étant vidés dans des puits, des fossés, qui constituaient une sorte de poubelle générale de l’époque !

Et puis les choses se sont accélérées au 19ème siècle avec le début des grandes inventions et notre ami Monsieur Eugène Poubelle, préfet du département de la Seine qui inventa la poubelle en 1884 !

A l’époque il prévoyait déjà une forme de collecte sélective avec l’utilisation obligatoire de trois conteneurs à déchets : un pour le verre, un pour les chiffons et les papiers, la faïence ainsi que les coquilles d'huîtres et enfin un pour les matières putrescibles. Mais déjà les consignes de tri n’étaient pas très bien respectées et il faudra attendre presque cent ans et les chocs pétroliers de 1973 pour que le tri sélectif soit véritablement mis en place en France en 1974.

Aujourd’hui, selon les chiffres de l’Ademe, un ménage moyen en France produit environ 390 kilos de déchets par an et par habitant. A cela il faut ajouter près de 11 millions de tonnes de déchets collectés par les déchèteries, soit environ 170 kilos par an et par habitant.

Ces quantités impressionnantes de déchets produites par notre consommation quotidienne poussent notre société (Etat, collectivités locales et villes) à développer des méthodes de collecte sélective et de tri des déchets afin de développer le recyclage.

Elles consistent à effectuer une séparation et une récupération des déchets à la source afin d’éviter les contacts et les souillures entre des déchets de différentes natures ou des contacts entre substances pouvant réagir chimiquement. Les déchets ménagers fermentescibles ou les piles vont par exemple souiller irrémédiablement les autres substances et empêcher leur transformation en nouvelle matière secondaire.

Cette étape de tri permet ensuite de recycler ou de réutiliser les déchets récupérés et ainsi de leur donner une nouvelle vie. Ceci diminue l’impact de nos déchets sur l’environnement en évitant leur destruction, incinération ou mise en décharge.

Selon les villes et agglomérations, il existe aujourd’hui en France plusieurs méthodes de tri et de collecte des déchets afin de pouvoir les recycler :

La solution majoritairement mise en place aujourd’hui est la collecte sélective à domicile. Les habitants ont entre 2 et 4 poubelles de tri mises à disposition par la commune (le nombre de poubelles étant variable selon la commune et la politique de tri sélectif mise en place). Un code couleur permet d’identifier clairement chacune des poubelles de tri sélectif (par exemple une poubelle jaune pour les emballages, une poubelle blanche ou bleue pour le verre et une poubelle verte pour tous les autres déchets). Il revient ainsi à chaque habitant de trier correctement ses flux de déchets en les mettant dans la bonne poubelle de tri qui sera ensuite collectée. L’avantage de ce type de tri sélectif à domicile est de générer des volumes importants comparé à l’apport volontaire, l’inconvénient étant le nombre important d’erreurs de tri.

Les solutions de collecte par apport volontaire sont également très développées en France, notamment pour le verre, les vêtements, les piles, les lampes et les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Il s’agit simplement de mettre des points d'apport volontaires publics à disposition des habitants, qui viennent y apporter leurs déchets à recycler. Les déchèteries complètent ce dispositif pour les plus gros déchets. Cette solution de collecte par apport volontaire est souvent complémentaire à la collecte sélective à domicile.

Enfin la solution d’une collecte unique de tous les déchets dans une même poubelle, suivie d’un tri général dans un centre de tri pour recyclage ultérieur, est rarement employée à cause de la complexité de tri que cela engendre (les déchets sont souvent très souillés car mélangés) et de son coût prohibitif (cette méthode nécessitant une main d’œuvre importante et/ou des machines sophistiquées).

Laissez un commentaire