En 2019, 448 millions de tonnes de plastique ont été produites dans le monde dont la grande majorité est enfouie, brûlée ou jetée dans la nature. La multiplicité des formes de plastique rend son recyclage complexe et coûteux mais un polymère fait exception à la règle. Il s’agit du polyéthylène téréphtalate (PET) utilisé pour fabriquer les bouteilles d’eau et de soda. Si elles sont bien triées et collectées, les bouteilles en plastique pourront suivre un cycle de recyclage efficace. Alors, comment sont recyclées les bouteilles en France ? Quels sont les enjeux et les limites du recyclage du plastique ?

Bouteille plastique LJR2

L’apogée du plastique remis en question

Les différents types de plastique

Les matières plastique sont composées de molécules, appelées monomères, qui vont subir plusieurs transformations physiques et chimiques afin de devenir des polymères. On dénombre plus de 20 polymères différents ! Les plus courants permettent de fabriquer les emballages de notre quotidien :

  • Le polychlorure de vinyle (PVC) : il peut être souple (gaines d’isolation, rubans adhésifs, bâches) ou rigide (tuyaux sanitaires, fenêtres, gouttières, câbles électriques, revêtements de sol, emballages alimentaires).
  • Le polyéthylène (PE) utilisé pour fabriquer des sacs, des films, des flacons, des casiers à bouteilles, des jouets, des seaux, des cuvettes, des tuyaux. On le retrouve dans la composition des barquettes Tupperware.
  • Le polystyrène (PS) que l’on retrouve dans la composition des pots de yaourts, des barquettes, des filtres à café, des emballages cosmétiques, des capots d’aspirateurs ou des brosses à dents.
  • Le polyéthylène téréphtalate (PET ou PETP) utilisé pour fabriquer des rubans, des composants électroniques et des bouteilles plastique (et les bouchons !).
  • Le polypropylène (PP) : filtres, pompes, pare-chocs, réservoirs d’automobiles mais aussi les bouchons des bouteilles !

Le plastique fait débat 

Depuis les années 50, le plastique s’est installé dans notre quotidien au point d’être utilisé dans la fabrication de nombreux matériaux : revêtements, peintures, carrosserie, aéronautique, matériel médical, etc. Il permet aussi de transporter loin et dans de bonnes conditions de conservation des produits alimentaires. Fini les matériaux cassables et lourds comme le verre, place à la légèreté et la résistance. Malheureusement, aujourd’hui on en paye le prix. Chaque année, jusqu’à 13 millions de tonnes de plastique se retrouve dans les océans formant ainsi le « 7e continent ».

Pourquoi tant de déchets plastique ?

D’abord, il y a la multiplicité des formes de plastique. Elle est telle qu’il n’existe pas et n’existera jamais de filière de recyclage pour chaque type de plastique. Et puis, il y a la dégradation des polymères. Avec le temps, ils vont prendre la forme de microparticules que l’on retrouvera dans les océans et dans l’estomac des poissons. C’est le cas des fibres textiles (nylon, polyamide, polyester) qui sont relâchées dans les eaux lors du lavage des vêtements, des résidus d’abrasions des pneus de voiture ou encore des cagettes utilisées sur les bateaux de pêche. Oui, le plastique est très pratique mais dramatique pour notre planète…

Zoom sur la bouteille plastique 

Un cycle de recyclage long et maîtrisé

Le centre de tri est une étape importante pour assurer un bon recyclage. Les bouteilles en PET vont être séparées du reste de la collecte, compactées et rassemblées en balle pour être envoyées dans une usine de recyclage. La bouteille va ensuite suivre un processus long et séquentiel : prélavage, broyage en paillettes, lavage, séchage et transformation en granules. C’est à partir de ces granules que les préformes sont créées. Elles seront par la suite chauffées et soufflées pour former de nouvelles bouteilles. Quant aux bouchons (en PEhd ou en PP), ils vont être recyclés séparément. Il est facile de les récupérer : lors du lavage, ces derniers vont flotter, tandis que les bouteilles en PET couleront.

Balle bouteilles d'eau LJR

Le recyclage a encore du progrès à faire

La bouteille plastique est fabriquée à partir de PET (Polyéthylène Téréphtalate) qui fait partie des polymères les plus faciles à recycler. Pourtant la France ne recycle que la moitié des 25 millions de bouteilles jetées quotidiennement (source Citeo). Un chiffre désolant quand on sait qu’on est le 5e pays consommateur de bouteilles d’eau en plastique, derrière le Mexique, la Thaïlande (qui n’ont pas accès à l’eau potable), l’Italie et l’Allemagne. Avec une telle consommation, la France devrait recycler plus et mieux. Ça tombe bien, les pouvoirs publics comptent recycler 100% des bouteilles plastiques dès 2025 ! Cet objectif ambitieux ne pourra être atteint sans un système de collecte efficace.

La collecte est primordiale, à la maison comme au bureau

A Paris, les citoyens peuvent jeter la bouteille en plastique dans la poubelle jaune mais celle-ci se trouvera mélangée à de nombreux emballages : papiers, emballages et briques en carton, bouteilles et flacons opaques, canettes, conserves et tous les emballages alimentaires en plastique. Malheureusement, un tiers de ces déchets ne sera pas recyclé et ce malgré cet effort de tri. L’enjeu est aussi de taille dans les entreprises. Bien que les fontaines à eau et les gourdes trouvent progressivement leur place au bureau, il est parfois plus simple de proposer une bouteille d’eau à un client, un fournisseur. Sans parler des bouteilles de sodas que l’on achète à emporter. En installant des points de collecte dédiés aux bouteilles, le tri est opéré à la source et vous assurez ainsi un bon recyclage des bouteilles en plastique. Et ce pour le plus grand bonheur de vos collaborateurs car ils sont de plus en plus nombreux à trier leurs déchets chez eux et transfèrent cette volonté au bureau.

Des alternatives en voie de développement

Le bioplastique, une fausse bonne idée ?

Un nouveau plastique a le vent en poupe : le PLA (acide polylactique). Ce plastique biosourcé est produit à partir de maïs ou de canne à sucre et va être utilisé pour la fabrication de bouteilles, de pots ou encore de films d’emballages. L’intérêt est qu’il est biodégradable, c’est-à-dire qu’il se dégrade grâce au compostage qui nécessite bactéries, chaleur et une température d’environ 50 degrés. Vous l’aurez compris, ces conditions sont rarement réunies à l’état naturel. Il faudrait donc une filière de collecte spécifique au PLA et un système de compostage industriel pour recycler parfaitement ce nouveau plastique. Malheureusement, il n’en existe pas en France, les emballages en PLA finissent donc incinérés ou enfouis.

L’ambition de Carbios à suivre de près

Carbios, entreprise française située à Clermont-Ferrand, développe une solution pour nous débarrasser des déchets en plastique en recyclant à l’infini les bouteilles que nous utilisons encore pour l’eau, le shampoing, les produits d’entretien, etc. Après 5 années de recherche, ils sont parvenus à créer une enzyme qui sépare les molécules du PET. Concrètement, les bouteilles usagées sont broyées et déposées dans une grande cuve, dans laquelle on ajoute de l’eau et les enzymes. A l’arrivée, on a plus de plastique mais des composants : une poudre et un liquide qui peuvent être mélangés pour former à nouveau du plastique.

Alors, comment réduire la production de plastique ? En appliquant dès maintenant, individuellement et collectivement, la règle des trois R ;

1. En réutilisant l’emballage plusieurs fois, tant que c’est possible.

2. En recyclant et en triant nos déchets en matière plastique. Le recyclage permet d’économiser beaucoup d’énergie, et notamment du pétrole, une énergie fossile difficilement renouvelable et très polluante.

3. En réduisant notre consommation de plastique : refusez l’usage unique des sacs, couverts, pailles, barquettes en plastique, etc.

Gobelets réutilisbles LJR

Plus d’infos :

Tour du Monde des initiatives plastique en 2019

En Quête de sens : Peut-on remplacer le plastique ?

Comment la Norvège recycle 97% de ses bouteilles en plastique ?