ntrairement à ce qu’on pourrait penser, les emballages en verre sont souvent utilisés au travail. Apéritifs entre collègues, petits-déjeuners ou soirées d’entreprise, ce ne sont pas les occasions qui manquent. Chaque français jette en moyenne 30 kg de verre par an et grâce à un processus abouti, le verre se recycle très bien en France. C’est d’ailleurs le seul déchet ménager qui est 100% recyclable et pour lequel il n’y a (presque) aucune perte de matière lors du processus de recyclage. Malheureusement, encore 20% des emballages en verre finissent dans les ordures ménagères. Quel dommage quand on sait que cette matière est recyclable à l’infini ! On vous en dit plus dans cet article.

Les joyeux recycleurs - Recyclage du verre 2

Une filière de recyclage qui a fait son chemin

La composition du verre

Contre toute attente, 60% d’un emballage en verre est composé de matière recyclée :

  • 40% de matières premières naturelles : sable, calcaire et carbonate de sodium.
  • 60% de calcin : il s’agit de verre recyclé, issu du processus de recyclage.

Le calcin a plusieurs avantages. Il va permettre de faire fondre le verre à une plus basse température, de consommer moins d’énergie et donc de rejeter moins de CO2. Pour 1 kg de calcin utilisé, c’est 1,2 kg de matière première économisée !

Le processus de recyclage du verre

Il existe en France 20 usines de traitement du verre (source ADEME) et 100% du verre collecté est recyclé sur le territoire. La première collecte de matière en France s’est organisée à partir de 1974 (Tout d’abord au sein des grandes agglomérations : Ile de France, Paris, Lyon, etc. puis vers des villes de plus petites tailles), et le procédé de recyclage a très peu changé depuis. Voici les grandes étapes :

  • Les matières premières et le calcin sont mélangés dans un four à 1500 degrés pour obtenir de la pâte de verre
  • Des gouttes de pâte de verre sont ensuite soufflées dans un moule et les récipients obtenus sont refroidis
  • Un contrôle qualité permet de détecter les récipients présentant des défauts et de les refondre
  • Enfin, les contenants sont livrés à l’usine pour procéder à l’embouteillage.

La collecte du verre a encore des efforts à faire !

Plus on trie, plus le calcin est qualitatif 

Avant d’être réutilisé, le calcin doit être le plus épuré possible pour servir de matière première secondaire. Plus le calcin est de bonne qualité, plus l’emballage sera robuste et à nouveau recyclable. Pour ce faire, il y a plusieurs étapes à suivre :

  • Un tri manuel est nécessaire pour retirer les plus grandes erreurs de tri (plastiques, carton…)
  • Les différents types de verre sont séparés par des trieurs optiques (la vaisselle et la faïence par exemple)
  • Les impuretés sont finalement retirées : le métal est séparé par un aimant et les papiers, les étiquettes sont décollées simplement grâce à de l’eau.

L’usine IPAQ implantée à Béziers produit environ 1 million de bouteilles en verre chaque jour. A ce rythme, l’usine dévore une grande quantité de calcin jusqu’à en manquer parfois. Vous l’aurez compris, le geste de tri et la collecte sont vraiment devenus nécessaires : au-delà de l’intérêt environnemental, c’est aussi un intérêt économique car plus le calcin est disponible, plus la consommation nécessaire pour faire fonctionner les fours est faible.

Quels sont les faux amis du verre ?

Certains objets ressemblent à du verre, mais n’en sont pas vraiment. Il faut d’abord identifier les matières qui sont infusibles car elles sont les plus pénalisantes pour le processus de recyclage :

  • La céramique, la porcelaine, la terre cuite et la vaisselle (un plat, un verre)
  • Un pare-brise, une vitre, un miroir : ces verres plats nécessitent un traitement particulier
  • Une ampoule ou un écran de télévision : ces éléments doivent être dépollués au préalable. Mieux vaut les confier aux encombrants ou bien à votre équipe de joyeux collecteurs lors de leur prochaine venue dans vos locaux ! Notre box 5 en 1 permet par exemple aux collaborateurs de votre entreprise de jeter leurs ampoules (du bureau tout comme celles de la maison) ainsi que d’autres petits déchets du quotidien : stylos, cartouches d’encre, piles, stylos.

Dans la poubelle dédiée au verre de votre immeuble ou dans les points de collecte de votre quartier, tout comme dans notre box de tri sélectif dédiée à la collecte et au recyclage du verre, vous pouvez jeter tous les verres d’emballage (produits alimentaires et liquides non toxiques), à savoir :

  • Les bouteilles en verre clair ou foncé (vin, bière, eau, etc.)
  • Les bocaux en verre (confiture, conserve, etc.)
  • Les pots de yaourts en verre
  • Les flacons en verre.

Nous vous conseillons également de retirer les couvercles et les bouchons et de vérifier que les contenants soient bien vides (pour éviter les mauvaises odeurs). Depuis 2015, grâce à vos efforts de tri, nous avons collecté plus de 730 tonnes de verre dans plus de 1 000 entreprises !

La consigne : une solution alternative efficace

D’autres solutions existent pour consommer encore moins de ressources. Le verre est un matériau assez solide et hygiénique pour être simplement récupéré et reconditionné avant de revenir sur le marché : c’est le système de la consigne, qui a quasiment disparu en France, mais est encore pratiqué chez nos voisins belges et allemands.

Une seule bouteille peut être réutilisée une vingtaine de fois, et donc se substituer à autant de canettes, de bouteilles en plastique ou en verre jetable ! La consigne permet de faire des économies. La réutilisation de l’emballage permet d’éviter au consommateur d’acheter un nouvel emballage à chaque achat de produit. La consigne est un dépôt qui est rendu quand l’emballage est rapporté.

Et bien sûr, la réutilisation des emballages peut permettre de réduire de 65 à 85 % l’impact environnemental global. Contrairement aux idées reçues, le lavage des emballages ne consomme pas plus d’eau que la fabrication d’un emballage en plastique ou en verre !

Plus d’infos :

Pour vos apéros printaniers, choisissez le vrac !

Vers un retour de la consigne en France ? Le débat est ouvert !

Déjeuner, afterwork… comment recycler le verre en entreprise