Au sein de nos villes de plus en plus peuplées, faites d’une population souvent assez éveillée aux causes environnementales malgré tout, certaines pratiques tournées vers le développement durable font leur apparition dans ce chaos de bitume. Pour conserver ce qui reste de la nature et de l’environnement, mais aussi pour apprendre à nourrir toute cette population le plus localement et sainement possible. C’est ainsi que l’agriculture urbaine voit le jour progressivement dans nos agglomérations. Quels en sont les pratiques et les plus beaux exemples ? 

agriculture-urbaine-japon

Pourquoi l’agriculture urbaine est-elle indispensable ?

En 2018, dans son dossier World Urbanization Prospect, l’ONU a statué que près de 68% de la population mondiale vivra dans nos villes. Soit plus de 2,5 milliards de personnes en plus et en plus de 30 ans, dans nos grandes agglomérations urbaines mondiales.

Un chiffre considérable et assez effrayant, mais qui donne à réfléchir aussi. Car si les villes tendent à se peupler et se développer de plus en plus, y compris dans les espaces périurbains, une question demeure en dehors de la gestion des déchets : comment nourrir tout ce monde, dans cet espace restreint ? 

C’est là qu’interviennent notamment l’agriculture urbaine et l’agriculture périurbaine, qui, même si elles sont encore discrètes aujourd’hui, permettront peut-être dans quelques décennies de cultiver plus intensément en milieu urbain et notamment, en cultivant sur les hauteurs, comme le prévoient les fameuses fermes verticales… 

Agriculture urbaine : quelles en sont les pratiques ?

L’agriculture traditionnelle étant pluridisciplinaire, il en va de même avec l’agriculture urbaine et l’agriculture périurbaine. Il existe en effet de multiples façons de s’y adonner, ce qui, en soi, n’est pas une mauvaise nouvelle pour varier les pratiques et les paysages que cela nous offre.

 Start-up-Paris-Environnement-et-recyclage-2

L’agriculture urbaine pour laisser respirer Paris ?

Ainsi, l’agriculture urbaine peut se voir un peu partout : 

  • Sur les sols
  • Sur les murs
  • Sur les balcons et autres terrasses
  • Sur les façades
  • Dans les sous-sols
  • Sur les toits

Et pour ce qui est des pratiques liées à l’agriculture urbaine, nous comptons notamment : 

  • Les fermes verticales : cette agriculture verticale permettant de cultiver en hauteur (et sur les immeubles et gratte-ciels notamment), sur les parois, les façades, les structures et autres possibilités verticales que nous offre la ville. Singapour est l’une des cités internationales les plus symboliques des fermes verticales.
  • Les buttes de cultures.
  • Les “jardins ouvriers”.
  • L’hydroponie ou la culture de plantes réalisée sur un substrat neutre et inerte.
  • L’aquaponie ou la culture des plantes par l’élevage de poissons.
  • Les jardins ou potagers d’entreprise…

Agriculture urbaine : les plus beaux exemples dans le monde !

Pour inspirer de futurs projets d’agriculture urbaine, voici quelques exemples à l’international :

Québec, Canada

Qu'est-ce que l'agriculture urbaine ? 

 

 

 

 

 

Incroyable projet d’agriculture urbaine à l’Université de Québec à Montréal.

Danemark

Growroom agriculture urbaine 

 

 

 

 

 

Le potager intelligent Growroom, de Space 10, le laboratoire danois d’Ikea !

New York, USA

 

 

 

 

 

 

Brooklyn Grange à New York

 

 

 

 

 

 

Public Farms, Queens, New York

Turin, Italie

Fukuoka, Japon

 

 

 

 

 

 

Acros Building à Fukuoka au Japon

Chicago, USA

 

 

 

 

 

 

Chicago City Hall Green Roof

Vancouver, Canada

 

 

 

 

 

 

Vancouver Compost Garden

Plus d’infos :

Permaculture, mode d’emploi : avantages, définition et tuto !

Agriculture urbaine : des fraises en conteneur !

Permis, jardins, toits : les Parisiens ont carte blanche pour végétaliser