Main menu

Inscription validée

Contact : 01 84 06 88 21
Email : info(a)lesjoyeuxrecycleurs.com

 

Un bon chasseur sachant recycler

Octobre 2013

Les chasseurs font la chasse aux douilles.

Avec le soutien de l'Ademe, un programme de recyclage des cartouches vides est en train d'être mis en place.

Gamin, on s’en amusait en allant aux champignons. Combien en trouverait-on et de quelles couleurs, des cartouches vides ? Rouges, vertes, blanches ? En plastique, en carton ? Mises au bout des doigts, ça faisait même des sortes de castagnettes… Rigolo deux minutes avant de les rebalancer, plus loin dans le fossé. Et puis on a grandi, découvert que c’était une pollution et pas seulement visuelle, dans les sous-bois. Cette prise de conscience, les chasseurs l’ont eu aussi. Le respect des lieux à laisser «tels que vous les avez trouvés en entrant…» : ça marche aussi pour la forêt, les prairies, les champs et un nombre croissant de tireurs ramasse désormais ses douilles et ses étuis vides. Mais que faire de cette récolte ?

Il faut la développer, la systématiser, puis la regrouper pour la recycler répond aujourd’hui la Fédération régionale des chasseurs, en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et la région Midi-Pyrénées. «L’objectif, c’est la mise en place d’une véritable filière locale et durable qui permettra de valoriser les matières plastiques et métalliques des cartouches», précise ainsi Gérard Bardou, chargé de mission à l’ADEME, laquelle finance 50 % du projet.

Concrètement ? Après un démarrage opérationnel l’an passé ayant permis de lancer cette filière en informant les chasseurs, le projet monte en puissance cette année. «Nous avons prévu trois campagnes de tri s’étalant sur trois ans et demi», précise Gérard Bardou. Mais pour que cette «chasse aux douilles» soit un succès, la Fédération régionale Midi-Pyrénées a donc commencé par sensibiliser et éduquer son réseau de terrain à l’adoption de nouveaux comportements «écoresponsables», soit 90 000 chasseurs répartis dans 4 000 sociétés de chasse. Car le but de cette collecte systématique et de son tri, c’est bien sûr de laisser un territoire propre. Mais au-delà, c’est aussi de limiter la quantité de cartouches usagées retrouvées dans les déchets ménagers, dont les volumes sont parfois importants, notamment lors des ball-traps. «La principale difficulté, c’est que les douilles des armes lisses, c’est-à-dire des fusils, sont composées d’un mélange de plastique (polyéthylène haute densité) et d’acier (alliage métallique à base de fer, laiton, nickel), qui doivent au préalable être broyées afin de séparer les deux composants avant valorisation», explique Gérard Bardou. Broyer et séparer : la spécialité justement de la SA Briane Jean, dans l’Aveyron, qui traitera donc les douilles en plastique et acier et les étuis métalliques en laiton qui devraient être récupérés cette année, d’ici la fin de la saison de chasse, et dont les volumes ne sont encore qu’estimatifs.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr